2014 Juin SAINT LOUIS DE MONTFERRAND par Claude ROUQUET (2/2) Tome 2

, par  webmestre1 , popularité : 36%

JPEG

Le repas s’est achevé dans la joie de la bonne chère et des retrouvailles, et
comme il se doit par la chanson de l’Ecole, une Coloniale qui a fait trembler les
murs !
Le dimanche 15 juin
Retour à Gereyme après une bonne nuit. Les hébergements ont été choisis
pour leur confort et leur calme, l’un sur la Garonne, les deux autres sur la
Dordogne.

JPEG

La promo se répartit dans un minimum de véhicules pour se rendre à la halte
nautique de Blaye où nous attend le bateau Les-Deux-Rives. Direction l’ile de
Patiras.

JPEG

JPEG

Au cours de la promenade sur l’estuaire, les sentiments réactivés la veille
deviennent plus forts, plus fraternels. Les inimitiés, les oppositions même, qui ont
pu exister à l’Ecole ou au cours de la carrière, s’estompent. Nous n’avons plus l’âge
des promptes humeurs mais celui des calmes dispositions, et plus que jamais,
l’amitié est chère à nos cœurs. Ce sont ces sentiments qui vont dominer la journée.
Ils s’exprimeront avec force au cours de l’escale et du repas à Patiras.

JPEG

Au cours de ce repas, une main guidée par plusieurs voix a tracé quelques
mots sur le tableau qui sert de livre d’or :

JPEG

Au retour à Blaye, les questionnaires ont été corrigés, le gagnant reçoit sa
récompense :

JPEG

Il aura en prime la responsabilité d’organiser les journées 2015 dont nous
espérons tous qu’elles réuniront une part toujours plus importante de la promo.
N’en doutez pas, ceux qui me lisent, ce n’est pas le temps qui passe, c’est nous.
Aucun des amis que nous nous sommes faits, à quelque moment de notre vie, n’a
autant de commun avec nous que ceux dont nous avons partagé la jeune existence
à l’Ecole. Ne manquez pas nos réunions : elles sont un bain de jouvence !
C’est le moment des au-revoirs. Ils sont chaleureux, ils sont une promesse de
retour. Nous sommes tous si heureux de nous-mêmes et des autres ! En voulez-vous
une preuve ? Certaines compagnes étaient issues de récentes unions. Elles ont
unanimement ressenti ce que des compagnes de cinquante ans connaissent bien :
la complicité qui par delà le temps et les accidents de la vie, perdure entre nous
tous, anciens élèves de l’Ecole de Santé Navale.

JPEG

Claude ROUQUET