Vous êtes ici > ACCUEIL > Le mot des Présidents > Mars 2006 — Mme Paulette Le Lann

Depuis 2006 — Le 3ème Président de notre Fédération,
est… une Présidente !

Elue Présidente de la Fédération JALMALV en mars 2006, à BELFORT, lors de nos Journées Nationales, j’ai l’immense honneur, mais aussi la très lourde responsabilité de succéder à mes deux prédécesseurs : le Professeur René SCHAERER et le Dr Jean Philippe WAGNER qui ont marqué fortement, chacun à leur manière, l’histoire de notre mouvement.

Je voudrais dire ici toute mon admiration et toute ma reconnaissance aux membres fondateurs de JALMALV, particulièrement au Professeur René SCHAERER qui, dans les années 80, par leur clairvoyance et leur attitude courageuse, ont osé se positionner à contre-courant des pratiques du moment pour revendiquer des conditions de fin de vie plus humaines et plus solidaires, qui respectent réellement la personne malade dans sa dignité, jusqu’à son dernier souffle ! Bravo et merci !

Dans quelques mois, notre Fédération fêtera son 20ème anniversaire et la plus ancienne de nos associations à Grenoble témoignera, quant à elle, d’un quart de siècle d’existence ! 25 ans !

Après toutes ces années de militantisme, quel bilan faisons-nous ?… il est indéniable que bien des choses ont changé ! l’accès aux soins palliatifs et à l’accompagnement est devenu un droit pour tout citoyen dont l’état le requiert ; les structures de soins palliatifs se sont déployées sur notre territoire ; le bénévolat d’accompagnement est reconnu officiellement dans sa fonction spécifique et complémentaire de celle des proches et des professionnels de santé ! Les associations d’accompagnement se sont multipliées, de récentes lois ont renforcé les droits du malade en fin de vie, …

Mais, malgré ces profondes modifications, 20 ans après, le double objectif sur lequel s’est fondé JALMALV, à savoir accompagner les personnes en grande souffrance d’une part et contribuer à modifier le regard porté par notre société sur la maladie grave, le grand âge, la mort, le deuil d’autre part – reste plus que jamais d’actualité ! le monde des soins palliatifs est actuellement fragilisé, le concept d’accompagnement est malmené, considéré même par certains comme désuet ! …les acteurs de terrain impliqués dans la pratique des soins palliatifs et de l’accompagnement ont fait un constat très alarmant lors du dernier Congrès de la SFAP en juin dernier et ont exprimé une très vive inquiétude à ce sujet.

Dans un tel contexte, notre mouvement sociétal garde toute sa raison d’être et nos projets ne manquent pas :

  • Fédérer encore et toujours nos propres associations pour dynamiser et accroître notre impact
  • Elargir nos actions, pénétrer davantage les lieux où la souffrance et la fin de vie se vivent encore, trop souvent dans l’isolement et l’exclusion : je pense notamment au monde psychiatrique, au milieu carcéral, aux sans-abri… s’intégrer plus encore au cœur des cités, au plus prés des réalités de la vie
  • se mobiliser avec d’autres associations d’accompagnement dans le cadre de la SFAP pour réfléchir ensemble et défendre la démarche d’accompagnement dans sa réalité sociale, de solidarité humaine, d’ouverture et de sensibilité à l’autre
  • mieux communiquer, non seulement au sein de JALMALV mais aussi et surtout en direction du corps social, de façon à mieux témoigner de notre projet associatif, des valeurs qui nous animent afin que l’être souffrant puisse garder sa place, quelle que soit sa situation, au sein d’une société respectueuse et solidaire.

Chacun de nous est responsable devant les générations à venir, des caractéristiques de notre société et peut contribuer, à sa mesure, à son évolution. Or, dans le monde actuel en constante évolution, sans complaisance, où émergent sans cesse de nouvelles organisations, de nouveaux concepts, la fin de vie et la mort risquent d’être à nouveau confinées dans l’univers institutionnel, recluses, occultées !

Il nous faut rester vigilants, poursuivre et développer notre action à la fois discrète, mais bien réelle, cette mission de garde fou, de veille sociétale vis-à-vis des personnes en risque de perte d’humanité !

Ensemble, mobilisés autour d’un projet fédérateur, nous pouvons agir efficacement !


Paulette LE LANN
Présidente de la Fédération

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *